Au temps béni de la clope au bec

la clope au bec

Houuuu… Je sens venir les critiques…
L’œil qui fume a pourtant trouvé un livre digne de son nom : «  Au temps béni de la clope au bec » (Edition Hors Collection). Oui, il y a eu un temps béni de la cigarette. Celui que décrivait Annie François (mais si, vous connaissez son fabuleux livre « Bouquiner ») dans « Clopin-Clopant », celui de Maigret et son tabac gris, celui de « la guerre des boutons » dans lequel des gosses de dix ans allument leur clope.
Je sais qu’avec ce genre de billet, je vais être condamnée au visionnage de vingt ans de campagnes anti-tabac (au mieux), être bannie à vie de la blogosphère pour incitation au vice (au pire). Ou l’inverse.

J’ai acheté ce livre parce que J’ADORE FUMER (« Boooouuuuhhhh » hurle la foule*), que lire sans cigarette c’est pour moi comme faire du sport, entendre les arguments de la manif pour tous, écouter du Wagner : une torture.
Cela vous hérisse ?,
Sachez que de 1- A ce rythme, je ne vous coûterai pas cher en retraite,
et que de          2- C’est mon blog, je fais ce que je veux 😉

Voilà, voilà…Parlons du livre, enfin plutôt de l’album illustré qu’est « La clope au bec ». Il retrace essentiellement les us et coutumes des fumeurs des années 50 aux années 80. Parce qu’après, c’est l’hallali. C’est magnifiquement illustré de campagnes de pubs d’époques (Ah !  la fameuse et pas du tout sexiste « Une femme, un pull, une pipe »). On se souvient que la panthère rose fumait, que Lucky Luke fumait, que Marlène Dietrich, André Malraux, Alice Sapritch (dans l’ordre de déchéance physique) fumaient. Que dans le paquetage du troufion, il y avait des paquets de Caporal, que lorsqu’on était vraiment fauché, on s’achetait des P4.
Moi-même du haut de mes 29 ans et demi (hum), je me souviens des cendriers dans les cars scolaires et d’avoir fumé en cours à la fac (seule raison valable de suivre les cours d’ancien français d’ailleurs).

C’est terriblement nostalgique, pas tant pour la cigarette mais plutôt pour ces trente glorieuses qui furent aussi celles de la clope. Elle a eu son âge d’or quand tout était à reconstruire puis que tout était permis. Je ne suis pas sûre qu’une époque qui autorise Monsanto mais interdise le tabac soit garante de notre santé et de nos libertés…

La prochaine fois, promis, je vous parle de littérature.

D’ici là, un aparté :

A la question du pouvoir d’inspiration sarcastique que lui a inspiré son cancer, Pierre Desproges a répondu :

 
–          Jeune homme de bonne famille,
D’abord, j’ai arrêté de penser. Il y a bien longtemps. Ça perturbe mes neurones déjà considérablement malmenés par la téquila de la veille au soir. Inutile de leur en infliger plus, ils n’ont pas besoin de cela. Et puis, il est bien connu que la chimio décime un peu plus les rangs de ces besogneux de l’intelligence. Alors, c’est décidé, dès les premiers symptômes, je les noie dans le formol.
Le cancer? Malheureux! Parles pas de ça, ça porte malheur.
Bon, trêve de conneries. Surtout que Priscilla arrive, elle va encore me reprocher de lui piquer ses bons mots. En effet, j’ai arrêté de fumer il y a bientôt 10 ans. Ça arrive. Oui, je fumais un peu: deux paquets de Gitanes Maïs sans filtre par jour. Passeport cylindrique pour Villejuif. Alors j’ai arrêté. Surtout que je suis monogame, alors vous comprenez, les gitanes, surtout par paquets…
Mais pas Priscilla, à mon grand désespoir. Je veux dire: Priscilla n’a pas arrêté de tirer sur la tige… pouf, pouf, de fumer, pardon. Donc, pendant ces environ 10 ans, je l’ai régulièrement envoyée chez différents chamans pour lui passer l’envie de se saturer les poumons de jus de Camel. Voyant l’infructuosité des résultats obtenus, je lui ai demandé si elle n’avait pas peur de se choper un crabe mal placé. Ce à quoi elle a répondu: «De toutes façons, j’aurai pas le cancer, je suis contre.» Et c’est moi qui l’ai eu. Tout récemment. Dieu, si je tiens ton inexistence, je te le ferai payer.
Vous comprenez donc que c’est l’idée du cancer qui me travaillait. Pas le cancer lui-même, je crois que je n’aurai pas le temps d’en profiter. Réfléchissez: dans mon premier spectacle, je disais: «J’ai pas d’cancèreuh, j’ai pas d’cancèreuh…». Je ne l’avais pas. Même si j’en ai tant ri, je n’en avais pas. À tel point que l’on croit maintenant que je l’ai porté toute ma vie.
Cela fait si longtemps maintenant que j’attendais mon cancer. Me voilà rassuré, je vais partir avec lui.
Pierre Desproges

 

 

* : Oui bon, pas vraiment la foule mais au moins les douze personnes qui suivent ce blog (Merci à elles).

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Au temps béni de la clope au bec »

  1. Oh mais je te suis sans soucis sur la clope! Moi aussi j’ai peur des bouhhh sur mon blog si je mentionne les cigarettes. Le tabac c’est tabou on en viendra tous à …bref tu connais la suite 😉 Oh oui c’était le bon temps de fumer dans les couloirs de la fac, des cendriers partout (alors que bizarrement maintenant les gens se plaignent des mégots par terre mais y a plus de cendriers nulle part! et oh joie des wagons fumeurs. J’aurais adoré avoir connu les avions fumeurs ou même en vivre là maintenant car c’est source de grande angoisse chez moi, des heures sans clopes. Mais put…mais donnez moi ma valise merde! pousse -toi le vieille!!la sortie vite!! Une clope une clooooope!!
    Et moi aussi j’ai 29 ans…et demi…bien entamé les demi…
    Comme dirait une de mes collègue fumeuse « I’m not here for a long time, I’m here for a good time » (je ne suis pas là pour longtemps, je suis là pour du bon temps) et quand certains critiquent sa toux elle dit « it is not the caugh that carry you off, it is the coffin they carry off in ». (ce n’est pas la toux qui t’emporte mais le cercueil dans lequel ils t’emportent. Ca marche moins bien en français y a pas les jeux de mots).
    Après tout ça, on s’en fume une?

    • J’adore ta collègue ! je pense que Helene Hanff parlait comme elle !! Je suis tellement convaincue du « I’m not here for a long time, I’m here for a good time » que je l’adopte d’emblée comme nouvelle devise de vie ( tu lui demandera ses droits d’auteur). Quant au temps béni des 29 ans (tu en rajoutes 9 et tu tombes juste) oui, j’ai connu le long-courrier clopant et heureusement, j’ai horreur de l’avion, je ne sais pas comment j’aurai fait sans (d’ailleurs je me limite aux Bordeaux-Toulon depuis…)

      • Zut je suis arrivée 9 ans et des cendres trop tard pour les avions alors…pour la devise (j’adore aussi)de ma collegue je ne suis pas sure que ca vienne d’elle a l’origine, un copyright Carol suffira 😉 ahh Toulon que de bons souvenirs. J’y ai passé tant d’étés en face du mont faron. Tu te souviens quand il a brulé? Mais dis moi l’oeil qui fume, c’est qu’on en a des points communs!

  2. Oh L’oeil! Mais moi qui pensais que ton œil fumait de trop lire ! Hahaha mais non je connaissais ta deuxième addiction. Je ne peux pas te jeter la pierre 😉 mais quand même là… Ce n’est pas politiquement correct! Bon allez Laura Ingalls et Jiminy Cricket sortez de mon corps! Parce que j’ai quand même bien rigolé 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s