Vienne au crépuscule. Arthur Schnitzler

Vienne au crépuscule. Couv

Vienne au crépuscule est à la fois un roman initiatique et un roman social décrivant la haute bourgeoisie viennoise de la fin du XIXème siècle. On y suit Georges, un pianiste dilettante, un homme qui aime courtiser sans jamais vouloir sembler se fixer. La raison ne parait pas l’emporter chez lui même lorsqu’il se retrouve dans une situation amoureuse délicate. C’est un monde agonisant qui est décrit ici, cette bonne société qui vit en vase clos et que les problèmes du monde ne semble pas affecter. Car il est aussi question d’antisémitisme dans ce livre, la judéité semble tolérée mais déjà les prémices annonciatrices des ravages du XXème siècle sont là. La question de l’identité religieuse est-elle aussi soulevée ; de l’intérêt ou non du communautarisme.
On lit ce livre comme on partirait en expédition dans un monde inconnu, j’ai eu le même ressenti que lors de ma lecture d »Au plaisir de Dieu » de Jean d’Ormesson ; une galerie de personnages qui n’existent plus que dans les livres. Ce qui fait la force du livre de Schnitzler c’est la contemporanéité des thèmes abordés et sa finesse d’analyse de la psychologie de ses personnages.

Éditeur : Stock
Collection : La Cosmopolite
EAN : 9782234052413
Nombre de pages : 473

Citations :

  • J’entame de nombreux projets, mais je ne termine rien. En général, l’achèvement m’intéresse rarement. Il faut croire que par nature j’en ai trop vite terminé avec les choses.
  • Aimer c’est avoir peur que se révèlent à l’autre les défauts que nous avons découvert chez l’être aimé. Aimer c’est pouvoir lire dans l’avenir et maudire ce don…Aimer, c’est connaître quelqu’un au point de se détruire.
  • Il suffit de peu de chose pour réveiller le mépris de nous-mêmes qui continuellement sommeille en nous, et quand cela se produit, il n’est pas de crétin, de crapule avec qui nous ne contractions dans notre for intérieur une alliance contre nous-mêmes.

logo-jacques1

Publicités

Une réflexion au sujet de « Vienne au crépuscule. Arthur Schnitzler »

  1. Ping : Challenge "Jacques a dit" – Septembre – Ville | Métaphore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s