Le cas Eduard Einstein. Laurent Seksik

le cas Eduard Einstein. Couv

Je pensais, comme beaucoup de monde, tout connaître de la vie d’Albert Einstein, cette image d’Epinal des sciences. Comme tout le monde, il m’évoque le fameux E=MC2  et comme tout le monde expliquer cette formule m’est impossible. Il y a aussi bien sûr cette photo d’un génie tirant la langue, celle avec Marie Curie, bref je n’ai jamais cherché à creuser plus que ça la vie du grand homme. C’était avant de lire le nouveau livre de Laurent Seksik au titre accrocheur « Le cas Eduard Einstein », le bandeau surtout m’a intrigué. On y voit une photo d’Albert Einstein et d’un homme assis à coté de lui avec cette phrase en surimpression « Les gens prétendent que je suis fou. Je suis le fils d’Einstein ». Einstein avait deux fils, dont un malade…
Eduard donc, fils ainé de Milena et d’Albert. Diagnostiqué à vingt ans Schizophrène. Sesksik  fait le récit de vie de cet homme à travers trois voix ; la mère, Eduard, le père.
On ne sait pour qui pencher…la maladie d’Eduard est très bien décrite, c’est un homme qui alterne entre ses convictions (il entend des loups hurler la nuit, il dialogue avec lui-même), ses moments de pseudo apaisements, quand il peut avoir des permissions de sorties du centre dans lequel il est interné, et ses ressentiments à l’égard d’un père qui a quitté le foyer familial pour une autre femme…
La mère, née trop tôt dans une société complètement patriarcale, elle-même extrêmement intelligente. Elle a été une des premières femmes à avoir intégré l’école Polytechnique de Zurich, pour finalement être mère au foyer, femme de savant.
Einstein enfin qui incarne dans ce roman la dichotomie du passionné, il sait que son travail lui prend tout, mais ne peut se résoudre à composer. C’est finalement le personnage le plus fragile du livre…
Un roman très intéressant, pas seulement pour ceux qui veulent connaître la vie domestique de l’homme qui a marqué le XXème siècle, mais aussi pour ceux qui voudraient avoir un aperçu de ce mal étrange qu’est la Schizophrénie.

Editeur : Flammarion
Ean : 9782081248571

Citations :

  • Il apprend à son fils le nom des arbres et celui des oiseaux. L’enfant boit ses paroles. Pourtant il sait déjà tout. Tete est si doué. L’enfant le corrige sur le nom d’un rongeur ou d’une fleur des bois. Mais parfois, et de façon brutale, l’enfant se retire du monde. Eduard s’absente. Eduard se tait. Eduard entonne une comptine. Et ce qu’il exprime est soudain dissocié du contexte. Son discours est brisé. Après tout, le fils ne tient-il pas de son père ? Lui-même était un enfant différent des autres, solitaire, irascible, surnommé « l’ours » et dont les crises de colère terrorisaient l’entourage.
  • Il est nulle question de nature. Il est question de courage. Il a eu tous les courages. Braver la Gestapo, soutenir, un des premiers, la cause des Noirs, aider à la création de l’Etat juif, braver le FBI, ne pas baisser l’échine, ne jamais renoncer, écrire à Roosevelt pour construire la bombe contre l’Allemagne et écrire à Roosevelt pour arrêter la bombe destinée au Japon. Soutenir les juifs opprimés par le Reich. Pétitionner. Être en première ligne. Mais aller voir son fils est au-dessus de ses forces. Il a trouvé ses limites. Seul l’univers ne connaît pas de limites.
  • J’aime regarder jouer les enfants. Ils parlent de construire un château. Hop, ils vivent dans un château. Ils disent, je suis le roi de Transylvanie et toi un vampire, et les voilà transformés. Les enfants sont tout à fait normaux ? Et ce sont des personnes très douces comparativement aux adultes, (…) La vie m’a appris que rien n’était définitif. Pourtant je crois savoir que je n’aurais jamais d’enfants. C’est sans doute la meilleure façon d’éviter d’être père.
Publicités

7 réflexions au sujet de « Le cas Eduard Einstein. Laurent Seksik »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s