Opium Poppy. Hubert Haddad

opium poppy. Couv

Je vais avoir du mal à dire que j’ai adoré ce texte, car on peut difficilement adorer l’histoire de la destruction d’un enfant. C’est un roman magnifique mais dur.

C’est le récit d’une malédiction. L’histoire d’Alam, jeune afghan élevé dans un pays où le pavot est une des rares sources de revenus. La guerre arrive et sonne l’exil. Période trouble, le frère d’Alam s’engagera auprès des talibans, lui ne pensera qu’à fuir. On alterne alors entre le récit de la nouvelle vie française du jeune garçon, le centre de rétention, la rue, le statut d’apatride sans papier et le long chemin qui devait le mener à une vie plus belle. En arrière plan, le pavot qui suit Alam, qui se transforme pour devenir l’héroïne ; celle-là  même qui finira d’enfoncer ce peuple perdu des rues parisiennes.

C’est une plongée dans l’horreur, Hubert Haddad nous force à regarder la violence des hommes et pas seulement celle de la guerre mais aussi celle que l’on peut trouver juste en bas de chez nous.

Éditeur : Gallimard éditions
Collection : Folio
EAN : 9782070447244
Nombre de pages : 182

Citations :

  • On part découragé, en lâche ou en héros, dans l’illusion d’une autre vie, mais il n’y a pas d’issue. L’exil est une prison.
  • Ici, je meurs tous les jours, là-bas, je serai assassiné.
  • Drapé de pierre, il appelle Alam du fond de son cauchemar. Son frère voudrait lui parler par-delà la désunion et l’exil. Son frère lui ressemble trait pour trait. Mais c’est un démon, une sorte d’ange au sourire meurtrier. Ses mains brûlées se détachent en lambeaux. Est-ce lui qui a libéré l’otage ? Alam voudrait sauver Alam. Ses mots tracent un éclair et vont tinter au sol comme des douilles de kalachnikov. Lequel des deux s’est effacé ? Lequel est mort, lequel a survécu ? Le temps mène une guerre trop lente et trop cruelle.

Quatrième de couverture :

C’est l’histoire d’Alam. Celle d’un petit paysan afghan, pris entre la guerre et le trafic d’opium. À travers ses yeux, nous découvrons les choix terribles qui s’imposent à l’enfant soldat. À travers ses aventures d’immigré clandestin, nous sont dévoilés dans toute leur absurde crudité les chemins de la drogue, du producteur de pavot à l’héroïnomane parisien. Hubert Haddad nous offre un livre coup de poing.
En poète, en homme libre, il sait que la littérature seule peut approcher la tragédie. Dernier fleuron d’une ouvre encensée par le public et la critique, Opium Poppy résonne d’un lyrisme haletant, celui de l’urgence de l’engagement.

challenge-c3a9tc3a9    Challenge Addiction

Publicités

2 réflexions au sujet de « Opium Poppy. Hubert Haddad »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s