Fissions. Romain Verger

Fissions. Couv

C’est un livre qui ne vous laissera pas indifférent. Une véritable tragédie grecque (les unités de temps, de lieu et d’espace sont là) une montée en puissance du drame jusqu’au point nodal.
Ce devait être le plus beau moment de leur vie; leur mariage célébré le jour le plus long de l’année. Une alliance précipitée de deux personnes qui se connaissent à peine. Une union de deux êtres à vif comme une tentative de normalité. Cette journée particulière sera décrite par le menu, comme une réminiscence du narrateur qui tente de recoller les morceaux de cette ascension vers l’horreur. Il y un hommage permanent au mythe d’Œdipe, entre le rapport de Noëline, la jeune mariée, à sa mère et l’acte d’auto mutilation du narrateur. On retrouve aussi « La grande bouffe » de Ferreri dans une scène stupéfiante de banquet de mariage aux allures orgiaques qui précèdera le drame, comme un dernier excès avant la chute. Il y a deux mouvements dans ce texte qui s’alternent ; la plongée dans la folie est traduite par la montée d’une crise délirante.
Ce roman m’a mis extrêmement mal à l’aise, paradoxalement c’est un livre que j’ai beaucoup aimé, je crois que le vrai talent littéraire est de faire réagir le lecteur et non pas de le bercer.  J’ai ressenti la même aversion parfois qu’à la lecture de « Sukkwan island » de David Vann. La description de la folie fait peur, car devenir fou est peut-être la plus grand angoisse de l’homme.
Bouffée délirante ou réalité du narrateur ? Le doute plane toujours…

Editeur : Le Vampire Actif
Collection : Les Séditions
EAN : 9782917094099

Citations :

  • Comment imaginer la nuit que nous venions de vivre, à voir le soleil pointer si haut et les massifs percer le ciel bleu de leurs incisives ? Comme un pansement qu’on arrache d’une plaie vive et le soleil éclatant pour la cuire.
  • Je ne pensais qu’à Noëline, à cette perdition où la menaient inexorablement nos noces ; et assis là, il me semblait l’y pousser avec les autres, lâchement, comme si l’on m’eût moi-même tenu la main, bandé les yeux et chloroformé.
  • Je passe ici le plus clair de mon temps à écrire. Je n’ai que ça d’ailleurs, le temps. Et le terrible ennui. Je l’écosse. Je le décompte en cris, cachets et convulsions. Je l’égrène en mots.
Advertisements

9 réflexions au sujet de « Fissions. Romain Verger »

    • Merci So !
      Vous trouverez ce livre sur le site de l’éditeur, qui ne publie que des pépites, ils ne m’ont jamais déçue !
      J’ai hâte d’avoir votre avis, à bientôt 🙂

      • Merci pour l’info ! Je vous donnerai mon avis avec plaisir 🙂 (et toutes mes félicitations pour ce magnifique blog !)

    • ça secoue effectivement mais essaye quand même ! c’est une drôle d’expérience que ce livre, d’un point de vue littéraire, j’ai été bluffée par l’écriture et cette immersion dans la folie m’a dérangée mais cette lecture là restera ! à mettre dans ta PAL 😀

  1. La claque, je confirme. Une expérience de lecture secouante certes mais qui nous laisse dans un état de stupeur incroyable à cause/grâce à la puissance magistrale de la langue, du style. Verger est une plume comme on en rencontre rarement : il faut lire ses autres textes, parus chez Quidam, pour en prendre l’entière mesure. Allez donc voir « Zones sensibles », « Grande Ourse » et « Forêts noires »… Merci cher Œil qui fume pour ta lecture 🙂

  2. Ping : FISSIONS, Romain Verger « Le Vampire Actif : Maison d’édition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s