Zulu. Caryl Férey

Zulu couv

Zulu ou le moment de solitude de la lectrice que je suis à qui on a vendu le livre trente fois avec cet argumentaire choc « c’est un chef-d’œuvre ». Bon… je remercie Métaphore et son challenge « Jacques a dit » qui auront finalement eu raison de mes réticences.
Mon inconscient est bien fichu : je n’avais pas envie de lire ce livre, je sais aujourd’hui que j’aurais dû m’écouter.
Alors oui, c’est un très bon polar, oui, le sujet est habilement traité, oui, c’est terrifiant de plonger dans cette Afrique du Sud, dans l’apartheid, dans la violence, le sang, les larmes.
Mais…voilà, voilà ça m’a barbé…du coup je n’ai pas envie d’en parler !

Je suis consciente de faire avancer grandement le monde de la critique littéraire avec ce brillant billet, mais après tout, sur ce livre, d’autres s’en sont chargé.

Editeur : Gallimard (éditions)
Collection : Folio policiers
EAN : 9782070437573

Citations :

  • Deux-cent-pour-cent de surpopulation, quatre-vingt-dix de récidive, tuberculose, sida, absence de soins médicaux, canalisations bouchées, dortoirs à même le sol, viols, agressions, humiliations, Poulsmoor synthétisait l’état des prisons d’Afrique du Sud. 
  • La nouvelle Afrique du Sud devait réussir là où l’apartheid avait échoué : la violence n’était pas africaine mais inhérente à la condition humaine.
  • La peur du criminel avait remplacé la peur du Noir chez la plupart des blancs aisés, repliés sur leur « laager » : réponse armée, accès sécurisé par vidéo, muraille surmontée de fils barbelés puis de lignes électrifiées, la maison où avait grandi Nicole bénéficiait de l’équipement minimal pour une habitation de ce standing.

logo-jacques1

Publicités

11 réflexions au sujet de « Zulu. Caryl Férey »

  1. Quand on n’aime pas, on n’aime pas. Il ne faut pas se forcer. Et ne pas aimer, cela rassure qui n’ont pas été jusqu’au bout. J’apprécie ton coup de gueule. Authentique….

  2. Ping : Challenge « Jacques a dit » – Avril – Le Z | Métaphore

  3. Ping : Challenge « Jacques a dit » – Avril – Le Z | Métaphore

  4. Je comprend ton sentiment face à ce livre. Il faut aimer les choses crues… Ayant réussi à le lire jusqu’au bout j’ai tout de même essayer d’écrire une critique sur mon blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s